172, boulevard Notre-Dame, Clermont | 418 439-3947 | Heures d'ouverture : du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h à 16 h

DISCOURS DU BUDGET 2022

Bien que l’année 2021 se soit déroulée elle aussi sur fond de pandémie et qu’à certains égards elle fût à son tour éprouvante, elle n’est en rien l’extension de l’année précédente. Nous étions mieux préparés et les mesures étaient déjà en place pour protéger la santé et la sécurité des employés et assurer le maintien des services aux municipalités et aux citoyens.

Ces mesures se sont poursuivies en écho aux mesures et règles sanitaires gouvernementales et ont permis à toute l’équipe, encore une fois, de très bien performer. Volonté et résilience ont été au rendez-vous chez les élus et employés et ont permis de relever de nombreux défis.

L’année qui se termine aura vu se concrétiser un exercice majeur de concertation pour la MRC, soit la réalisation de sa planification stratégique permettant la définition d’une vision claire, partagée
et structurante pour le développement du territoire. Les enjeux et défis sont multiples, qu’il s’agisse de freiner la décroissance démographique et économique, de faciliter les échanges et la mobilité physique sur le territoire, de modifier la perception négative du tourisme au sein des milieux socioéconomiques
et de la population en général ou d’intercepter les visiteurs et convaincre nos citoyens de profiter/consommer sur le territoire. Plusieurs actions concrètes ont été identifiées et occuperont la MRC et ses partenaires au cours des 5 à 10 prochaines années.

Par ailleurs, encore cette année, le service de développement économique de la MRC a joué un rôle majeur en étant en action dans la gestion d’aides financières gouvernementales d’urgence et dans le maintien de ses nombreuses activités courantes. Au total, 78 entreprises ont été aidées par le programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) pour un total de 2 636 098 $. La première année du volet 4 du Fonds régions et ruralité – Soutien à la vitalisation et à la coopération intermunicipale, axe Vitalisation, s’est aussi concrétisée avec l’octroi de 500 522 $ pour la réalisation de projets porteurs pour notre région. Les premières amorces du volet 3 du même Fonds – Signature/Innovation, dont la mise en œuvre se fera sur quatre (4) années, ont quant à elles été réalisées.

Pour le service de l’évaluation foncière, l’assouplissement de certaines mesures sanitaires par le gouvernement a permis le retour sur le terrain des inspecteurs. Encore cette année, tous les rôles d’évaluation qui étaient à confectionner ont pu être livrés sans retard.

En aménagement du territoire et foresterie, trois dossiers majeurs ont ponctué l’année, soit celui de l’accumulation importante de glaces au pont du cran Martel à Clermont lors du congé des Fêtes, résultat d’un redoux exceptionnel combiné à de fortes pluies. La première expérience du genre pour notre MRC s’est conclue par des travaux de bris de couvert de glace avec de la machinerie spécialisée pour sécuriser la structure du pont qui supporte une conduite d’aqueduc. Le service d’aménagement a aussi entamé une démarche de modification au schéma d’aménagement pour inclure notamment des dispositions pour encadrer d’éventuels projets récréotouristiques intégrés sur le territoire, ce qui a demandé beaucoup de temps d’analyse, car en plus d’apporter des modifications aux affectations, elle proposait de nouveaux concepts en dehors des cadres habituels de lotissement. Le portrait des milieux humides et les validations terrain ont quant à eux permis de compléter la base du plan sur le milieu humide et hydrique (PRMHH). Le contexte environnemental et les phases du diagnostic vont conduire la MRC à compléter le plan pour juin 2022.

Le service de la gestion des matières résiduelles et des bâtiments a quant à lui été en mesure, pandémie ou pas, d’assurer la poursuite de ses services essentiels que constituent la collecte des déchets et celle des matières recyclables ainsi que l’opération des écocentres. Une solution a été retenue dans l’important dossier de la collecte et la valorisation des matières organiques en bacs bruns, qu’on appelle la 3e voie. La collecte débutera sur l’ensemble du territoire dès le début de 2023 pour les citoyens, institutions, commerces et industries.

Pour le service de la sécurité publique et des communications, l’organisation relative au sauvetage d’urgence hors route en milieu isolé sur les territoires non organisés et sur les territoires municipalisés aura été un élément majeur de discussion au cours de l’année qui vient de se terminer. Le choix de la solution la plus efficiente et sa mise en œuvre connaîtront leur aboutissement dans les premiers mois de 2022.

Pour ce qui est de l’Aéroport de Charlevoix, l’année 2021 en aura été une de bonnes nouvelles avec celle, majeure, de Développement économique Canada qui a annoncé en août dernier une aide financière de 1,9 million, acquisitions d’équipements d’avitaillement et de déneigement et financement de plans et devis pour l’allongement de la piste sont, entre autres, visés par ce financement qui pourrait permettre une opération à l’année. Quant à l’étude de marché réalisée, elle a permis de mesurer tout le potentiel de cet équipement aéroportuaire régional.

Finalement, en 2021, la MRC a vu à son tour ses efforts être récompensés dans le dossier de l’accès à Internet haute vitesse sur son territoire avec l’annonce importante faite en juillet dernier par les gouvernements fédéral et provincial où la MRC a appris que Vidéotron donnera accès à Internet haute vitesse à 925 foyers dans Charlevoix Est d’ici septembre 2022.

C’est donc avec le sentiment du devoir accompli et le vent dans les voiles que toute l’équipe de la MRC, élus, direction et employés, s’apprête bientôt à dire au revoir à l’année 2021 et à attaquer l’année 2022!

* * * * *

Voyons maintenant, service par service, dans les principaux postes de dépenses, de quoi l’année qui s’en vient sera constituée :

Tout d’abord, je vous informe que les prévisions budgétaires de la MRC passent de 16,3 M$ à 19,2 M$. Malgré cette augmentation de 3 M$ des dépenses, les quotes-parts des municipalités diminuent de 330 000 $, passant de 4,7 M$ à 4,3 M$.

L’administration générale bénéficiera d’un budget passant de 1 885 420 M$ à 3 168 277 M$. Cette hausse marquée est attribuable à l’enveloppe COVID-19 octroyée par le gouvernement provincial pour des investissements régionaux et aux investissements à faire relativement au projet de développement de Pointe-aux-Alouettes. La quote-part des municipalités n’en sera toutefois pas affectée diminuant plutôt de 644 014 $ qu’elle était en 2021 à 542 933 $ en 2022.

Le service de l’aménagement du territoire et de la foresterie voit son budget passer de 816 100 $ à 1 134 905 $, avec une quote-part des municipalités, passant de 231 006 $ à 269 488 $. Ce budget inclut aussi maintenant celui de la culture, du patrimoine et du développement social, secteur pour lequel désormais une coordonnatrice est entièrement dédiée depuis le début de l’année 2021 au sein de la MRC. La hausse du budget du service est attribuable en grande partie à cet ajout.

En 2022, les principales actions pour ce service viseront :

  • La révision du schéma d’aménagement et de développement;
  • La conclusion de la réalisation du plan régional sur les milieux humides et hydriques (PRMHH) en juin 2022;
  • La gestion du programme de soutien aux projets structurants améliorant les milieux de vie (volet du Fonds régions et ruralité);
  • La 2e année de gestion de l’entente en développement culturel et du programme en aménagement durable des forêts (PADF);
  • Le début de l’inventaire en patrimoine immobilier;
  • La finalisation du travail d’identification des territoires incompatibles à l’activité minière (TIAM).

Finalement, les volets habituels du service se poursuivront, soit la gestion des obstructions dans les cours d’eau et le suivi de la rivière du Port-au-Persil et de la construction du nouveau pont, le support aux municipalités dans l’évaluation de la conformité de leurs modifications réglementaires, le développement de la géomatique et l’implication active dans le projet de Pointe‑aux-Alouettes, dont on amorcera la phase 2 du projet de développement en collaboration avec le Service de développement économique.

Le service de développement économique aura quant à lui un budget qui passera de 3 742 091 $ en 2021 à 4 963 944 $ en 2022, avec une quote-part des municipalités en légère augmentation, passant de 308 500 $ à 314 675 $.

Ce budget prévoit, entre autres, 260 228 $ en investissements dans les entreprises, 353 010 $ en collaboration avec le Service de l’aménagement du territoire et de la foresterie au financement de projets structurants, 569 131 $ en investissements pour des projets réalisés sur le territoire de la MRC, 2 081 161 $ en vitalisation (volet 4), 505 654 $ au projet Signature innovation (volet 3), 205 800 $ pour les ressources découlant de l’entente avec le gouvernement pour Accès entreprise Québec ainsi que des contributions spécifiques à plusieurs organismes et projets.

En 2022, les principales actions pour ce service seront :

  • Poursuivre et améliorer le service-conseil aux promoteurs, aux entreprises, aux organismes et aux municipalités;
  • Agir en proaction pour faire émerger des projets de développement économique;
  • Soutenir l’automatisation des processus dans les entreprises de notre MRC;
  • Coordonner et assurer la gestion du Fonds régional de la Capitale-Nationale (FRCN), du Fonds régions et ruralité (FRR), volet soutien aux entreprises, volet « Signature et Innovation » et volet soutien à la vitalisation et à la coopération intermunicipale, du Fonds local d’investissement (FLI) et du Fonds local de solidarité (FLS);
  • Assurer la gestion du programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) ainsi que du volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM);
  • Susciter l’intérêt pour le développement d’initiative en économie sociale;
  • Travailler à la poursuite des actions et des orientations ciblées dans le PDZA (plan de développement de la zone agricole) ainsi que dans la politique bioalimentaire du MAPAQ, développer des outils visant à favoriser la promotion et la visibilité des produits agroalimentaires locaux (projet « Je mange local », initiatives de Noël, remise en culture des terres en friche, projet de plateforme Maturin incluant la mutualisation des transports de produits locaux vers les grands centres, etc.);
  • Poursuivre la participation aux chantiers découlant de l’entente sectorielle agroalimentaire de la Capitale‑Nationale et de Lévis afin de favoriser les initiatives permettant un rayonnement de l’agroalimentaire régional;
  • Créer des incitatifs pour voir émerger des projets en économie circulaire sur le territoire;
  • Poursuivre le partenariat et la collaboration technique et financière à l’entente de développement touristique et événementiel de Charlevoix (EDTEC).

Le service de l’évaluation foncière verra son allocation passer de 559 971 $ à 555 170 $. La quote-part des municipalités pour ce service augmentera légèrement pour passer de 536 900 $ à 546 970 $.

En 2021, le service a continué de maintenir à jour les huit (8) rôles d’évaluation sur le territoire de la MRC et a procédé au dépôt de trois (3) nouveaux rôles triennaux pour 2022-2023-2024 pour Saint-Irénée, Saint-Siméon et les territoires non organisés (TNO).

En 2022, les principales actions de ce service seront :

  • Le dépôt de deux (2) nouveaux rôles d’évaluation pour les exercices 2023-2024-2025, soit celui de La Malbaie et celui de Saint-Aimé-des-Lacs;
  • La tenue à rôle et le maintien de l’inventaire du milieu ainsi que la poursuite du service de proximité aux citoyens.

Le budget du service de la sécurité publique et des communications passe de 970 704 $ à 1 841 050 $, en augmentation de près de 43 %, attribuable encore cette année à la hausse du budget de la gestion des lots intramunicipaux.

Il inclut le budget strictement réservé à la sécurité publique, civile et incendie, qui passe de 357 679 $ à 317 780 $, avec une quote-part totale en diminution, passant de 95 170 $ à 82 690 $. Il inclut aussi les budgets déjà mentionnés en administration générale et qui sont relatifs à la gestion foncière et la gestion de l’exploitation du sable et du gravier, avec un budget qui passe de 307 125 $ à 294 220 $ et à la gestion des lots intramunicipaux, avec un budget qui passe de 305 900 $ à 1 229 500 $. Cette hausse de 75 % est associée au poste budgétaire dédié au projet de Pointe-aux-Alouettes, en territoire public intramunicipal, dont la gestion relève de la MRC depuis 2 ans.

Au sein du service de la sécurité publique et des communications, l’année 2022 sera marquée, notamment, par :

  • La mise en œuvre du scénario retenu dans l’organisation du sauvetage d’urgence hors route en milieu isolé en territoire non organisé et municipalisé (formation, équipement, établissement des protocoles d’entraide…);
  • La poursuite de la mise en œuvre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie révisé 2020-2023;
  • Le suivi de l’application de l’Entente de service relative à la fourniture des services de police par la Sûreté du Québec sur le territoire de la MRC et du Plan d’organisation des ressources policières;
  • La poursuite de la mise en œuvre des ententes de délégations de gestion avec le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, en collaboration avec le service d’aménagement du territoire et de la foresterie; La participation à la refonte du programme relatif à une délégation de gestion foncière et forestière du territoire public intramunicipal auquel la MRC fait partie depuis juillet 2000 avec le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP);
  • La participation à la révision Plan régional de développement du territoire public – section récréotouristique avec le MERN;
  • Le développement du site de la Pointe-aux-Alouettes, en territoire public intramunicipal, avec le service de l’aménagement du territoire et de la foresterie de la MRC;
  • L’implantation du nouveau système de téléphonie IP dans les bâtisses de la MRC et des municipalités.

L’ensemble des budgets du service de la gestion des matières résiduelles et des bâtiments fluctue de la façon suivante :

  • À la valorisation, au réseau des écocentres, à la collecte sélective et la vidange des fosses septiques, le budget passe de 4 734 500 $ à 3 843 070 $ et la quote-part des municipalités passe quant à elle de 468 869 $ à 482 935 $.

Ce budget permettra à la MRC de procéder à l’achat des bacs bruns pour réaliser l’implantation de la collecte et de la valorisation des matières organiques sur l’ensemble du territoire de la MRC et pour tous les types d’usagers. La MRC va facturer chaque municipalité pour le nombre de bacs bruns livrés.

Par ailleurs, comme demandé par le conseil des maires, une étude de municipalisation de la collecte des déchets et des matières recyclables sera réalisée en 2022. Elle permettra de valider le choix du meilleur scénario entre la continuité avec l’octroi de contrats de collectes ou bien la municipalisation des collectes, et ce, dans l’optique d’offrir à la population les meilleurs services aux meilleurs coûts.

Dans le contrat de vidange de fosses septiques débuté en 2019, le prix de la vidange d’une fosse n’est pas indexé, ainsi il sera stable jusqu’à la fin de 2023. Le budget prévoit également l’inspection par une firme spécialisée d’environ 200 fosses septiques réparties sur le territoire. Une subvention est attachée à ce projet.

Le budget prévoit aussi la construction d’une écoboutique à l’écocentre situé à La Malbaie. Une subvention est également attachée à ce projet.

Il est prévu la construction d’un dôme sur la plateforme de transbordement des résidus de construction, rénovation et de démolition au LET (Lieu d’enfouissement technique) pour limiter la production de lixiviat et diminuer le poids de matériaux transbordés.

Le budget prévoit par ailleurs l’achat d’un broyeur à branches pour gérer localement les résidus verts provenant du réseau des écocentres.

Finalement, la MRC a débuté la révision de son Plan de gestion des matières résiduelles et la poursuivra en 2022.

  • À la gestion des matières résiduelles (GMR), le budget passe de 3 694 568 $ à 2 932 588 $, avec une quote-part des municipalités en baisse, qui passe de 2 274 848 $ à 1 984 188 $.

Le budget de la MRC prévoit utiliser la réserve financière de 175 000 $ pour la construction et le recouvrement des prochaines cellules d’enfouissement des déchets pour les travaux de recouvrement final de la cellule numéro 7.

Le budget va alimenter, comme depuis plusieurs années, une réserve qui permettra de gérer le lieu d’enfouissement technique (approximativement 34 000 $) lorsque celui-ci sera fermé définitivement dans le futur. En 2021, la MRC a reçu une réponse positive de la subvention d’un montant de 692 000 $ pour la réfection d’une seconde section du chemin évaluée au coût de 940 000 $.

Ce budget inclut celui de la gestion du lieu d’enfouissement sanitaire (LES), qui passe de 14 973 $ à 15 289 $, annonçant la fin prochaine de la production de lixiviat par le LES à la suite du recouvrement final des cellules effectuées en 2015 et 2016. Il inclut aussi celui de la gestion du LET qui passe de 169 375 $ à 160 886 $.

L’Aéroport de Charlevoix aura un budget passant de 504 375 $ à 2 264 100 $, avec une quote-part des municipalités passant de 41 800 $ à 45 054 $. Cette augmentation majeure du budget est due au projet de développement de l’Aéroport.

L’année 2022 en sera une de défis avec la concrétisation de différents projets en lien avec le financement accordé par Développement économique Canada. Ainsi, les différentes actions suivantes devraient être réalisées, tous les appels d’offres ayant été lancés récemment :

  • Acquisition d’un camion-citerne avitailleur;
  • Acquisition d’un camion de déneigement et ses équipements connexes;
  • Construction d’un garage;
  • Réaménagement de l’aérogare;
  • Conception des plans et devis pour un éventuel allongement de la piste.

Il y a aussi bien sûr encore la délégation de la gestion de l’Aéroport et la mise en place d’une ligne aérienne interrégionale qui sont dans le viseur de la MRC pour son aéroport.

EN CONCLUSION

Comme vous pouvez le constater, l’année 2022 sera une très bonne année, avec un budget à la hausse de près de 3 M$ par rapport à l’année précédente. L’augmentation, notamment attribuable à des investissements majeurs à l’Aéroport de Charlevoix, aux investissements dédiés à la vitalisation des municipalités ainsi qu’à l’acquisition des bacs bruns pour le compostage, est accompagnée d’une diminution des quotes-parts. Les différentes activités de la MRC, les services aux municipalités et aux citoyens, les nombreux investissements via l’aide aux entreprises notamment, contribuent à un budget de cette envergure alors que l’utilisation du surplus et la diversification des partenariats le permettent sans avoir à augmenter les quotes-parts des municipalités.

En définitive, le budget déposé est un budget stimulant qui permet d’envisager l’avenir avec optimisme!

Odile Comeau
Préfet